> AJOUTER AUX FAVORIS RSS

Toutes les créations sont sur Creatiblogs!

QUI DIT MEUEUEUHSIENNE DIT...

Posté le 20/03/2010 07:00:00 par Le jardin de Chrysalide [voir son site]


MADELEINE bien sûr!!!


Comment ça, quelle Madeleine? Celle, ou plutôt celles de Commercy évidemment!!!!


Mmmmmmm, miam, miam!


Vous connaissez la légende de cette madeleine?


Un certain jour de 1755, le duc Stanislas Leszczynski, qui avait ses chasses et un château à Commercy, régnait avec gourmandise sur la Lorraine et préparait ses fêtes avec soin. L'une d'elles faillit être gâchée par une dispute entre son cuisinier et son pâtissier. Ce dernier, furieux, avait jeté les gâteaux du repas dans la Meuse.



Un dîner sans dessert ? Inimaginable !



Une soubrette prénommée Madeleine Paumier, femme de chambre de la marquise Perrotin de Barmond, proposa de préparer rapidement de petits gâteaux selon une recette de sa grand-mère.






Qu'à cela ne tienne
La Madeleine
Resta zen
Car en Lorraine
Y?a jamais de blème !







Lorsque Stanislas demanda à la voir pour la féliciter, il s'enquit de sa trouvaille, lui demandant le nom de ses gâteaux parfumés en forme de saint-jacques. « Je ne sais pas, répondit-elle, mais je les ai toujours vu faire. » Le duc décide alors de les baptiser de son prénom.



Après la mort de Stanislas, en 1766, l?un de ses pâtissiers s?installe à son compte à Commercy avec les secrets de la madeleine. Ancêtre d?une famille d?aubergistes, de pâtissiers et de boulangers qui se transmettront le secret, il lance la fabrication de la madeleine à Commercy.
Au 19ème siècle, le nombre de madeleiniers croît notablement ; la fabrique se fait désormais par douzaine dans des quantités nettement plus importantes.



L?arrivée de la ligne de chemin de fer Paris ? Strasbourg en 1852, joue un rôle déterminant pour la notoriété de la madeleine. Désormais, grâce à un arrêté préfectoral, la vente de madeleines sur le quai de la gare est autorisée. Les transactions se font à chaque arrêt, en quelques minutes, par les fenêtres ouvertes des wagons, à la criée ! L?arrêt à la gare de Commercy devient alors incontournable. Cette tradition perdurera jusqu?à la moitié du 20ème siècle.





La madeleine serait restée un petit gâteau comme tant d'autres si un des écrivains les plus renommés du 20e siècle n'en avait pas fait un symbole du souvenir.



Ainsi, en 1913, Marcel Proust publia la première partie de son ?uvre 'A la recherche du temps perdu.' Un jour d'hiver, le narrateur rentre à la maison. Sa mère lui offre une tasse de thé et lui présente quelques petits gâteaux : 'Un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause.'



Proust décrit ensuite de façon magistrale le mécanisme du souvenir qui a été entraîné par le thé et la madeleine. Il décrit le gâteau comme suit : 'Le petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot.' C'est certainement le passage le plus connu de l'épopée de Proust.







Voilà pour la partie "histoire"...


De mon côté, j'ai acheté des moules à madeleines souples jeudi matin... et...


TADADAM!


madeleines


Un vrai délice, je vous assure!


Si cela vous tente, voici la recette que j'ai utilisée, c'est très facile à faire!



Madeleines de Commercy:


Pour 20 madeleines,


-


200g de farine type 55
3 oeufs ou ( 150 g )
80 g de sucre en poudre
30 g de miel
4 g de jus de citron
120 g de beurre préalablement chauffé (je n'en ai mis que 75 g)
5g de levure en poudre
3 a 4 g de sel de guérande

Préparation 6 heures avant la cuisson:

Dans un saladier,mélanger pendant 3 min les oeufs,le sucre et le miel.
Ajouter la farine et la levure,bien mélanger l'ensemble pendant 4 min.
Ajouter le beurre fondu à 50°C ,le jus de citron et le sel.
Bien mélanger, pendant 1 min
Réserver au frais.

Après 6 heures de repos (moi je n'ai laissé que 2 heures au frigo pour les madeleines photographiées):
Répartir la pate dans les moules à madeleines.
cuire à four chaud 220°C pendant 11 min.




Voilà!!!!



Au fait..... nous sommes le 20 mars aujourd'hui, alors...




ky3971wh



et


creas126765394240_art






























madeleine_gif





Lire la suite >
Notez cet article :

Madeinwork.com