> AJOUTER AUX FAVORIS RSS

Toutes les créations sont sur Creatiblogs!

L'AFFAIRE DU DAHLIA NOIR

Posté le 15/11/2009 14:55:00 par Rose Pourpre [voir son site]








Ce soir France 2 diffuse "Le Dahlia Noir", le film de Brian de Palmas, d'après le livre éponyme de James Ellroy,
lui-même inspiré d'un faits divers qui s'est produit àla fin des années 40.



Si je vous parle aujourd'hui de ce film c'est que, par coïncidence et par le hasard de la disponibilité des livres dans ma petite bibliothèque de quartier, j'ai lu, il y a quelques semaines
"L'Affaire du Dahlia Noir" de Steve Hodel. Rien à voir et tout à voir avec le livre et le film. Et si je vous en parle, c'est que je crois que la lecture d'aucun livre à ce jour ne m'a procuré un
tel malaise. Entendons nous bien : je n'ai pas détesté le livre, en fait il se lit d'une traite, je n'ai pas pu le lâcher avant la fin et j'ai même recommencé à lire le début que j'avais un
peu survolé. J'ai éprouvé un mélange d'attraction/fascination/répulsion.



Je vous résume rapidement l'intrigue :



A la fin des années 40, on retrouve à Los Angeles le corps dénudé, coupé en deux et atrocement mutilé d'une jeune femme de 22 ans qui s'avèrera, après identification, celui d'Elisabeth Short,
surnommée le Dahlia Noir (soit parce qu'elle était toujours habillée de sombre, soit parce qu'elle portait une fleur noire dans les cheveux, les avis divergent à ce sujet). A ce jour,
l'assassin n'a pas été identifié et au début des années 2000, le dossier était encore ouvert au LAPD (Los Angeles Police Department). 



Ce faits divers, soit à cause du surnom romantique de la victime, soit par sa brutalité a frappé les esprits à l'époque et encore maintenant.







Dans les années 2000, Steve Hodel, policier à la retraite et aujourd'hui détective privé, reçoit des mains de la veuve de son père un petit album photos que celui-ci conservait toujours près
de  lui. Dans cet album, des photos de ses proches ("proches" étant un bien grand mot, l'auteur et le reste de sa famille n'ayant eu depuis des années que peu de contacts avec son père, le
docteur Hodel, ce n'est qu'à la fin de sa vie  que Steve Hodel avait repris contact avec lui et renoué des relations plus suivies...)



Hodel feuillette l'album et est surpris d'y découvrir (outre une photo de sa femme avant que lui ne la connaisse, une histoire rocambolesque que je ne vous détaillerais pas sinon on en a pour des
heures !) deux photos d'une jeune femme en qui il croit reconnaître celle que l'on surnomme Le Dahlia Noir (alor là il est fort parce que moi j'aivu les photos d'Elisabeth Short et celles de
l'album du docteur Hodel et je n'y ai trouvé aucune ressemblance !). Très surpris de sa découverte, il va mener sa propre enquête pour finir par nourrir de fortes présomptions sur
l'identité de l'assasin du Dahlia en qui il reconnait son père ! Il semblerait que la police de LAPD soit arrivée, en son temps, aux mêmes conclusions, mais le docteur Hodel était au
courant de bien des choses qui se passaient au sein du LAPD, très corrompu à l'époque, et celui ci craignait que, si un procès avait eu lieu, le bon docteur aurait pu vendre le morceau !
Celui-ci, sentant cependant le vent tourner, s'est quand même enfui en Asie au début des années 50.



Encore une fois, le livre est très intéressant, on progresse avec l'auteur dans sa quête personnelle, comme dans une enquête policière, mais le meurtre est d'une telle sauvagerie, d'une telle
perversité que cela m'a réellement mise mal à l'aise. Un exemple : le docteur Hodel était très ami avec le photographe Man Ray. Celui-ci avait réalisé une photo qui s'appelait "Le Minotaure"
et représentait une jeune femme, les bras levés, dont la posture rappelle une tête de taureau. Or le corps de Betty Short est retrouvé dans une position similaire à celle de la photo. Le meurtrier
lui a aussi "élargi" son sourire, c'est à dire qu'il lui a tailladé la bouche jusqu'aux oreilles, le faisant ressembler ainsi à un autre portrait de Man Ray, "Le baiser".



Ce qui m'a aussi gêné dans le livre c'est l'obstination de Steve Hodel à faire correspondre les faits avec l'histoire de son père pour prouver ses dires. D'après les témoignages qu'il a reçus il
semble cependant avéré que son père soit bien le meutrier du Dahlia. Mais il ne s'est pas arrêté là, il s'agirait en fait d'un tueur en série qui aurait accompli, dans les années 40 à 60, bien des
forfaits avec l'aide d'un complice (celui-ci ayant également assassiné la mère de James Ellroy mais ceci n'a jamais pu être formellement prouvé). La liste supposée des crimes du docteur Hodel
s'arrête dans le livre au seuil des années 50 mais Steve Hodel vient de publier un second ouvrage (en septembre 2009) dans lequel il déclare que son père est également "Le Zodiaque" et "Le
tueur au rouge à lèvres", d'autres grands criminels des années 50/60. Ces crimes correspondraient aux retours aux Etats-Unis du docteur Hodel. Le livre n'a pas encore été traduit en français (j'ai
demandé à Steve Hodel s'il y avait une possibilité qu'il le soit un jour mais je n'ai pas encore reçu sa réponse...) :





On peut quand même s'étonner d'un tel acharnement à prouver que son père soit un meurtrier ! Mais le docteur Hodel, un brin mégalo et assez imbu de sa personne, aurait peut
être apprécié que l'on reconnaisse que ses crimes, si savamment orchestrés et mis en scène, soient son oeuvre !



J'espère que vous m'excuserez d'avoir été aussi longue mais difficile de faire plus court avec un tel sujet. Je ne vous déconseille pas la lecture du livre de Steve Hodel, encore une fois je l'ai
trouvé passionnant dans sa recherche des éléments tendant à accuser son père mais attention : âmes sensibles s'abstenir !



Je vous parlerai prochainement d'un autre livre, beaucoup plus "frais", qui m'a aussi beaucoup touché.



Bonne soirée avec le Dahlia Noir si vous décidez de regarder le film.




Lire la suite >
Notez cet article :

Madeinwork.com